La formation des élites

n° 39, septembre 2005

La formation des élites

Actualité internationale

Coordination Bernadette Plumelle
Responsable du Centre de ressources documentaires du CIEP

  • Actualité documentaire
  • Ressources en ligne
    Sophie Condat
    L'intégration scolaire des enfants de migrants et du voyage
  • Note de lecture
    Maroussia Raveaud
    Maître de conférences à l'Université du Maine.
    Martine Caraglio
    Inspectrice d'académie-Inspectrice pédagogique régionale, académie de Paris.

    Faith-based Schools and the State. Catholics in America, France and England, Harry Judge, Symposium Books, 2001

    In Good Faith. Schools, Religion and Public Funding, Marie Parker-Jenkins, Dimitra Hartas, Barrie A. Irving, Ashgate, 2005

    Vers une école juste et efficace, Ariane Baye, Marc Demeuse, Julien Nicaise, Marie-Hélène Straeten, éd. De Boeck, coll. Économie, Société Région, 2005

Dossier

La formation des élites

Introduction (pdf - 180 Ko)
Brigitte Darchy-Koechlin
Doctorante à l'Observatoire sociologique du changement, Institut d'études politiques de Paris, chargée de conférences pour le Programme international de l'Institut d'études politiques de Paris.
Agnès van Zanten
Directrice de recherche au CNRS, directrice du GDR "Réseau d'analyse pluridisciplinaire des politiques éducatives ", Observatoire sociologique du changement, CNRS-Institut d'études politiques de Paris.

Le recrutement des élites aux États-Unis au XXe siècle
Romain Huret
Professeur agrégé au Centre d'études nord-américaines (CNRS-UMR 8130) de l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS).

L'article présente les mécanismes de recrutement des élites dans l'Amérique du vingtième siècle. Il s'intéresse particulièrement aux efforts entrepris pour mettre en œuvre une politique de prise en charge financière afin que tout étudiant puisse obtenir les bourses nécessaires à la poursuite de sa scolarité. Peu à peu, toutes les grandes universités ont adopté ce principe. Toutefois, au cours des dernières années, de nombreuses universités ont abandonné ce principe. Aujourd'hui, la méritocratie américaine fait face à de nombreuses difficultés politiques, sociales et financières.

Les élites anciennes et nouvelles au Japon
Jean-François Sabouret
Directeur de recherche au CNRS, Centre de recherche sur les liens sociaux CERLIS - UMR8070, directeur du Réseau Asie à la Maison des sciences de l'homme (MSH).

Le Japon, pays de milliers de dieux, se conjugue presque toujours au pluriel : il y a une multiplicité d'élites comme il y a une myriade de divinités. Cependant, depuis 1868, un nouveau type d'élites importé du "modèle" occidental s'est développé : l'élite méritocratique qui passe des concours difficiles et suit une formation dans une université. La démocratisation de l'enseignement secondaire et supérieur, sous l'influence américaine après la Seconde Guerre mondiale, a ouvert les portes de la compétition. Le parallèle fait par les classes moyennes entre démocratie et éducation a eu pour effet de multiplier les universités de quatre ans ainsi que les " boîtes à concours ". L'éducation non obligatoire est payante et les lycées privés et les universités sont un fardeau de plus en plus lourd pour les familles alors que la compétition fait rage et que l'argent est au cœur du système. À côté de ces élites de type moderne co-existent des élites anciennes, des maîtres d'un art ancestral bien souvent. Chaque domaine (ou champ) génère ses élites et sa hiérarchie. Epistèmé et technè font au Japon bon ménage.

Maghreb : des élites entre deux mondes
Pierre Vermeren
Normalien, agrégé d'histoire, chercheur associé au Centre d'études d'Afrique noire, Institut d'études politiques de Bordeaux.

La formation des élites est un enjeu majeur au Maghreb, cette "Afrique du Nord " autrefois colonisée par la France. La " consécration des élites " par l'enseignement supérieur y est un phénomène récent et incomplet. Celle-ci intervient en effet au terme d'un processus de sélection et de reproduction sociale extérieur à l'École et à l'Université. La discrimination par les langues, en particulier par le français, joue dans ce processus un rôle central, largement adossé à un " circuit " de formation préscolaire et scolaire privé.
Bien qu'il ait conquis son autonomie vis-à-vis de l'ancienne métropole coloniale, le système de formation des élites du Maghreb demeure largement intégré au système français, et plus largement européen, voire nord-américain. Cette internationalisation pose la question du " retour au pays " d'élites mondialisées prises dans le jeu d'un système concurrentiel.

Méritocratie ou cooptation ?
La formation des élites en France

Monique de Saint-Martin
Directrice d'études à l'Ecole des hautes études en sciences sociales, Centre d'étude des mouvements sociaux (EHESS-CEMS).

La France se caractérise par une stabilité du modèle de formation des élites et par une logique de reproduction particulièrement fortes au regard d'autres pays. Cela tient pour une part au fait que le mode de formation des élites, dans les classes préparatoires puis dans les grandes écoles, y présente une stabilité relativement grande dans le temps. Cependant, le système des grandes écoles n'est pas complètement à l'écart des transformations parmi lesquelles l'entrée des filles depuis quelques années, le développement des formations à la gestion et surtout l'internationalisation croissante (mise en réseau, accords, fréquentation d'institutions étrangères, doubles diplômes, etc.). Ces processus peuvent être à l'origine de recompositions et de nouveaux principes de hiérarchisation sociale. Rien n'autorise en effet à penser pour le moment que ces transformations favorisent un élargissement du recrutement ou une formation plus indépendante des modes de cooptation, qui caractérisent si fortement les processus de sélection et de formation des élites en France.

Élites économiques et excellence scolaire au Brésil
La remise en question d'un mythe

Maria-Alice Nogueira
Université fédérale de Minas Gerais (UFMG), Brésil.

La recherche sociologique en éducation manque d'études sur les processus de scolarisation des jeunes issus de familles économiquement privilégiées. Cet article présente quelques résultats partiels d´une étude réalisée en 2000-2001 auprès de familles de grands et moyens entrepreneurs de l'État de Minas Gerais, au Brésil. L'objectif principal était de connaître les histoires scolaires des jeunes et les stratégies éducatives mises en place par leurs parents tout au long de ces itinéraires. Un corpus d'entretiens effectués auprès des jeunes et de leurs mères a été réuni. Ses conclusions permettent de remettre en question l'idée courante que l'excellence scolaire est l'apanage des " riches " et que les élèves " nantis " intègrent fatalement les élites scolaires.

Vers une logique de certification scolaire?
La formation des héritiers au Portugal

Maria Manuel Vieira
Institut des Sciences sociales, Université de Lisbonne.

D'ordinaire représentée socialement - mais aussi sociologiquement - comme un groupe social jouissant d'une marge importante d'autonomie collective, presque a-sociale, la grande bourgeoisie a inspiré des écrits d'un haut niveau de généralité qui ont largement contribué à la production de sa cristallisation identitaire. Avec la grande bourgeoisie lisboète pour unité d'analyse et pour objet la formation de ses héritiers, l'article tente, dans une perspective diachronique et relationnelle, de mettre en relief les limites de sa dépendance face à l'ordre scolaire et des transformations opérées sous l'effet de la classe moyenne.

La formation des élites dans la Hongrie d'hier et d'aujourd'hui
Iván Bajomi
Professeur, Université Eötvos Lorand, Budapest.

L'auteur décrit l'évolution des formes institutionnelles mises en place depuis 1948 pour former des élites. Durant la première phase pure et dure du régime communiste, il s'agissait avant tout de former des élites issues de classes populaires et entièrement loyales au régime. A partir des années 1960, le contrôle idéologique sur l'enseignement se relâche. Apparaissent des formations secondaires répondant aux besoins des classes moyennes, de même que certaines petites institutions liés à l'enseignement supérieur et censées former des élites plus compétentes et plus ouvertes. L'avènement de l'ère postcommuniste donne lieu d'abord à un toilettage idéologique des cursus puis à une massification rapide des formations supérieures, dont certaines nécessitent une forte contribution financière des étudiants. Parallèlement à l'ouverture progressive vers le monde universitaire occidental, on assiste à la création d'institutions d'enseignement supérieur dépendant des Églises ou de fondations privées souvent étrangères. Dans ce nouveau contexte marqué par les réformes liées au processus de Bologne, quelques institutions de petite taille sont créées afin de favoriser l'émergence de nouvelles élites comme les intellectuels roms.

Doit-on sélectionner ou former les élites scolaires ?
Une comparaison internationale des politiques éducatives

Nathalie Mons
Maître de conférences à l'Université Pierre Mendès-France-Grenoble II, LSE.

L'article vise à apporter des éléments de réflexion sur la question des conditions de développement des élites scolaires dans l'enseignement obligatoire à travers une évaluation quantitative internationale. Les élites scolaires y sont définies non pas en termes de niveaux scolaires atteints mais à travers un niveau de compétences maîtrisées : c'est la proportion des élèves qui ont atteint, dans chaque pays, le niveau de compétences le plus élevé de l'épreuve principale du test PISA 2000. Après un cadre théorique, l'analyse montre que parmi les facteurs sociétaux, passé un niveau de développement économique, la taille des élites scolaires est plus à mettre en relation avec le niveau d'éducation de la population adulte qu'avec le profil démographique, la richesse économique ou la structure sociale plus ou moins égalitaire des pays. Au-delà de l'étude des facteurs sociétaux, l'article analyse également les relations entre la taille des élites, les inégalités scolaires et les politiques éducatives (tronc commun vs filières d'enseignement, classes de niveau, enseignement individualisé, autonomie scolaire, politiques de libre choix de l'école...).

Références bibliographiques
Bernadette Plumelle
Responsable du centre de ressources documentaires du CIEP

Abstracts

Resumenes

Repères

L'éducation en Suède
Bernadette Plumelle

État de la recherche en éducation comparée dans le monde
Pierre-Louis Gauthier
Inspecteur d'académie (H).