Diplômes et examens de l'enseignement secondaire, n° 37

n° 37, décembre 2004

La Revue internationale d'éducation consacre, dans sa livraison de décembre 2004, son dossier aux diplômes et examens de l'enseignement secondaire à travers des exemples choisis en Afrique, en Amérique, en Asie et en Europe.

La certification occupe en effet une place essentielle dans les systèmes scolaires par la finalité qu'elle donne à l'enseignement, par les limites qu'elle fixe pour la formation, par la reconnaissance sociale qu'elle apporte à l'action éducative et à ceux qui en bénéficient.

Toutefois l'État, les familles, les médias accordent-ils une égale dignité aux différents examens terminaux ? Pour le jeune, l'examen terminal du secondaire représente un véritable passage vers plus d'autonomie et cette signification sociale est partout soulignée par des rituels. Pour les enseignants, c'est la transformation d'un capital scolaire qu'ils ont contribué à constituer en un capital symbolique reconnu hors de la sphère scolaire. Pour les politiques, il s'agit, à court terme, d'opérer des choix dans l'utilisation des ressources du système et, à long terme, de gérer les flux vers les études et l'emploi.

En fait, qu'évalue-t-on ? Les objectifs de l'examen, les intentions des examinateurs, oscillent souvent entre la certification des compétences et des acquis scolaires présents et les aptitudes futures.

Si les examens du secondaire, aboutissement d'un long parcours scolaire, représentent partout une sorte de concentré des traditions éducatives de chaque pays, tous les auteurs soulignent la difficulté de faire évoluer ce type d'examen conclusif devenu souvent obsolète par rapport à de nouveaux enjeux professionnels.

Sommaire de ce numéro :


Diplômes et examens dans le secondaire (n° 37, décembre 2004)



Consultez en ligne

 

Couverture RIES n° 37

 Commander un numéro ou s'abonner en 2010
 Numéros à paraître en 2010
 Contacter la rédaction