n° 3 - hiver 2011  
logo_ciep    
 

 

> Actualités
Le répertoire 2012 des centres labellisés
Le répertoire 2012 des centres labellisés est disponible en version papier et sur le site www.qualitefle.fr. Ont d'ores et déjà été diffusés 6 500 exemplaires auprès des postes diplomatiques à l'étranger, 110 auprès de collectivités territoriales, mairies et offices du tourisme, 100 auprès des centres labellisés et 400 lors du salon Expolangues.

Les conclusions de la dernière Commission interministérielle
Le relevé de conclusions (pdf - 75 Ko) de la Commission interministérielle de labellisation qui s'est réunie le jeudi 9 février est consultable en ligne. Ont été traités les points suivants :

  • l'examen des dossiers des centres audités de novembre 2011 à janvier 2012 ;
  • le bilan des audits de l'année 2011 et le calendrier des audits à venir ;
  • une demande de renouvellement d'une dérogation aux conditions d'éligibilité et une réclamation.
Présence sur les réseaux sociaux
Le label a fait son entrée sur les réseaux sociaux. Vous pouvez suivre ses actualités sur Twitter depuis octobre 2011 et sur Facebook depuis mars 2012.

  Nouvelle plaquette de promotion du label 
À l'occasion du Salon Expolangues qui s'est déroulé du 1er au 4 février 2012, le CIEP a édité une nouvelle plaquette qui présente le label Qualité français langue étrangère aux professionnels du FLE. Celle-ci est disponible en version papier sur demande et téléchargeable en ligne.

Instances de concertation
Un groupe de travail auquel participent des représentants des centres labellisés (ADCUEFE, Alliance française de Paris Ile-de-France, Groupement FLE, SOUFFLE et UNOSEL) se réunit régulièrement depuis un an pour élaborer des propositions d'évolution du dispositif de labellisation, essentiellement sur le référentiel et la communication.

Journée de formation des auditeurs
Comme chaque année, les auditeurs Qualité français langue étrangère participeront à une journée d'échanges le 4 avril au CIEP. Cette journée a pour objectifs d'informer les auditeurs sur l'évolution du dispositif, d'harmoniser leurs pratiques, de favoriser les échanges sur les retours d'expérience et d'engager une réflexion sur les difficultés rencontrées.

> Témoignage


10 questions à une directrice de centre

Mme de Schuyter-Hualpa, vous êtes directrice de l'Alliance française de Paris Ile-de-France (AFPIF). Votre centre vient d'être audité pour la 2ème fois.

Merci d'avoir bien voulu répondre à nos questions.

Pourriez-vous nous présenter brièvement l'Alliance française de Paris Ile-de-France ?
L'Alliance française Paris Ile-de-France, c'est avant tout une histoire, une mission, des valeurs. Association au service de la promotion et de la diffusion de la langue française et des cultures françaises et francophones, nous soutenons avec enthousiasme ce que toute Alliance française dans le monde représente : diversité culturelle, respect de l'autre, dynamisme et solidarité.

Des messages qui sont entendus puisque nous avons reçu 12 000 étudiants différents en 2011, que parmi notre centaine de professeurs titulaires, certains sont inscrits dans de nombreux projets de coopération, de partenariat, de formations, avec de grands partenaires ou commanditaires comme le Centre international d'études pédagogiques, la Chambre de commerce et d'industrie de Paris, l'Office français de l'immigration et de l'intégration, le ministère des Affaires étrangères et européennes et le ministère de la Culture et de la communication.

Depuis 2011, nous répondons aussi à une demande croissante d'inscription de nos programmes dans un bain culturel. Une convention avec la ville de Paris nous a permis d'offrir à nos étudiants des découvertes privilégiées des richesses culturelles parisiennes. Et l'Alliance française Paris Ile-de-France porte le projet de s'ouvrir aux échanges culturels et à la mise en lumière de jeunes talents. Partenaire privilégié de la Fondation Alliance française, nous mettons au service du réseau des AF, mais aussi de tout acteur de la politique de promotion et diffusion de notre langue, nos formateurs et experts dans le cadre d'un plan de professionnalisation et de soutien pédagogique.

L'Alliance française de Paris (AFPIF) vient de se faire auditer pour la deuxième fois. Comment vous êtes-vous préparés à ce 2ème audit ? Comment s'est-il déroulé ?
Nous sommes inscrits, au quotidien, dans le principe d'une démarche qualité, avec des étapes de réflexion sur nos pratiques, notre organisation, nos secteurs d'activités. Notre esprit associatif et une volonté prononcée de fonctionnement collaboratif nous permettent d'envisager ce contexte d'échange, de partage, de créativité voire de remise en question. Ainsi, le processus de labellisation s'inscrit naturellement dans notre pratique mais renforce également un souhait de cohérence avec nos missions et les valeurs que nous soutenons.

Le second audit a nourri notre réflexion sur notre fonctionnement actuel et notre devenir, à l'aube de la construction du prochain projet d'établissement pluriannuel. Une veille et une adaptation aux demandes exprimées par nos publics mais aussi à un contexte général socioéconomique guident parallèlement nos choix et nos stratégies de développement.
Concrètement, la préparation de ce deuxième audit et la constitution du dossier ont fait l'objet d'un véritable travail d'équipe. Chaque chef de service a pris en charge le domaine qui le concernait et a rassemblé avec son équipe les documents demandés dans le référentiel.
La grille d'autoévaluation a d'abord fait l'objet d'un travail individuel de chaque chef de service puis d'un travail commun de l'équipe de direction.

Un chef de projet et une assistante ont été affectés au processus de renouvellement de labellisation Qualité français langue étrangère et ce, dès septembre 2011, date de sollicitation de la part de notre institution. L'audit a alterné les entretiens entre les auditeurs et les équipes de l'Alliance, et les observations directes de nos pratiques.
Les deux personnes chargées du dossier labellisation ont été sollicitées par les auditeurs pour éclaircir certains fonctionnements et apporter des documents complémentaires.

À l'issue de ce 2ème audit, quels sont les axes de travail que vous privilégierez dans les années à venir ?
En ce qui concerne les axes de développement et la marge de progression post audit, l'AFPIF accentuera ses actions en termes qualitatifs et quantitatifs afin d'atteindre des objectifs précisés aussi dans son prochain projet d'établissement.

Dans les domaines "Enseignement" et "Formations", les orientations seront la mise en place d'une nouvelle procédure pour les entretiens individuels, l'amélioration de la mutualisation des pratiques de classe grâce aux TICE, la mise à disposition systématique d'outils pédagogiques en complément des méthodes, la systématisation et formalisation de la rédaction des comptes rendus des réunions pédagogiques.

Ces quelques pistes accompagneront une stratégie de professionnalisation de nos équipes.

En ce qui concerne la gestion et les ressources humaines, je peux citer deux exemples : le changement de logiciel de gestion globale et la poursuite de la mise en œuvre de la Gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC). Enfin, un grand plan quinquennal de rénovation et mise en conformité des 11 000 mètres carrés de nos bâtiments, initié en 2011 sera poursuivi en vue d'un meilleur accueil de nos publics et des conditions de travail optimisées pour l'ensemble du personnel.

Le label Qualité français langue étrangère soutient l'amélioration continue des pratiques professionnelles. Avez-vous perçu des évolutions dans ce sens depuis 2007, date de la 1ère labellisation de l'AFPIF? Si oui, lesquelles ?
Le processus de labellisation s'inscrit dans une démarche de professionnalisation du réseau des Alliances françaises dans le monde. L'Alliance française Paris Ile-de-France se doit d'être une institution modélisante. Dans un marché hautement concurrentiel, le processus de labellisation est une grille de lecture qui nous permet de nous positionner et de progresser dans la qualité de notre prestation et notre offre de services. Au-delà de résultats concrets certains après un premier audit, c'est un véritable esprit d'autoanalyse constant et de recherche de réponses d'adaptation à un marché complexe et sensible qui a été "validé" par le label qualité.
À l'instar de la devise de Coubertin, l'important est de participer, de s'inscrire dans la démarche de recherche de qualité.

Vous participez au groupe de travail et au Conseil d'orientation de la labellisation. Quelle est l'utilité de ces instances de concertation pour l'évolution du label ? Sur quels sujets travaillez-vous ? Le point de vue des centres y est-il entendu ?
Le groupe de travail est une pièce essentielle du programme de labellisation. C'est à la fois l'opportunité pour les groupements de se rencontrer, d'échanger sur les stratégies, pratiques et problématiques de notre secteur d'activité. N'oublions pas que nos centres participent à une politique d'attractivité, à des politiques linguistiques et d'influence. Ce dialogue instauré avec les représentants des ministères doit viser la prise en considération des objectifs et nécessités des interlocuteurs. Une viabilité économique pour certains, une représentativité, une légitimité pour d'autres.

L'AFPIF et le CIEP sont les opérateurs de la démarche qualité à l'étranger. Quelle relation y a-t-il entre le label Qualité FLE et la démarche qualité à l'étranger ?
Il est évident que la démarche qualité, dans des contextes différents, est la même puisqu'elle vise à une dynamique de progrès. C'est un outil de développement et un « incontournable » pour améliorer l'image et le fonctionnement de nos institutions dans un marché fortement concurrentiel en France comme à l'étranger.

Quelles recommandations formuleriez-vous aux centres de FLE intéressés par le label Qualité FLE ?
La première recommandation ou plus exactement le premier angle d'analyse serait d'envisager la procédure de labellisation comme une démarche ou un éventail d'outils permettant d'inscrire son institution dans une dynamique de projet et d'analyse et non comme une finalité. Ensuite, comme pour l'élaboration du projet d'établissement, les deux axes principaux seraient l'implication de l'ensemble de l'équipe et une communication régulière de l'avancée au sein de l'institution. Enfin, et dans une vision peut-être plus personnelle, la labellisation est l'opportunité de confronter son point de vue de directeur/manager à celui d'autres professionnels que sont les auditeurs.

> Focus sur le référentiel
Indicateur A20 : gestion des accidents et maladies

Il existe une procédure connue de tous les personnels en cas d'accident ou de maladie. (C)

Les mesures relatives à la sécurité des locaux et des équipements réduisent les risques d'accident, mais l'imprévu est toujours possible. Comment réagir en cas d'accident ou de maladie ?
Cet indicateur est critique. Ce n'est pas seulement la labellisation du centre qui est compromise en cas de carence sur cet indicateur, c'est aussi la santé des clients et des personnels qui peut être atteinte, avec des effets potentiellement graves pour les intéressés, mais aussi pour la réputation de l'établissement.
Pourtant, on constate assez souvent lors des audits des écarts entre les pratiques des centres et les exigences liées à cet indicateur.
Les services proposés par les centres sont de niveaux très divers. Certains se contentent de mettre à disposition une liste de numéros de téléphone d'urgence, d'autres vont jusqu'à proposer un interprétariat pour les consultations médicales de clients débutant en français. Entre ces deux extrêmes, où vous situez-vous ?

 

Le questionnaire ci-dessous est loin d'épuiser la question mais il pourra vous aider à analyser votre dispositif.

Cliquez sur l'image pour télécharger le questionnaire au format pdf.

> Le point sur...

L'auto-évaluation du centre de langues
Le processus d'auto-évaluation concerne les centres de langues. Il leur permet de poser un diagnostic sur le centre, de mesurer les écarts entre leurs pratiques et les exigences qualité attendues, de vérifier s'ils sont prêts à recevoir les auditeurs et à être labellisés.
Comment utiliser la grille d'auto-évaluation (GAE) ?
Sur quelle échelle de valeurs repose l'évaluation ?
À quoi correspond un indicateur non-pertinent ?

Pour en savoir plus, télécharger la fiche pratique (pdf - 942 Ko).

> Agenda

Going Global 2012 : Repenser l'internationalisation
Cette conférence annuelle organisée par l'Association international des universités (AIU) et le British Council portera sur les moteurs de l'internationalisation, le rôle de la mobilité étudiante, l'internationalisation et la responsabilité de l'enseignement supérieur au niveau mondial. Elle aura lieu du 13 au 15 mars à Londres, RU.

Pour plus d'informations, consulter le site de l'AIU.

Français langue étrangère : l'instant et l'histoire
La 48e Rencontre de l'ASDIFLE 2012 sera organisée le 23 mars à l'Alliance française de Paris Ile-de-France. Elle s'articulera autour de 3 axes : comment articuler les apports scientifiques, méthodologiques, didactiques, pédagogiques… et les enjeux à venir pour l'enseignement / apprentissage en FLE ? ; comment adapter l'offre aux demandes actuelles et à venir, et professionnaliser la formation initiale et continue des futurs professeurs de FLE ? ; comment articuler la recherche et la pratique, dans des classes qui sont souvent les seuls lieux d'expression du français?

Pour en savoir plus, télécharger l'invitation.

La question du langage et de la communication dans le management international : un défi pour les hommes et les organisations
Les 6e journées d'études du Groupe écoles de management (GEM) s'adresse à toutes les disciplines du management ayant une sensibilité particulière pour les questions d'interaction langagière et culturelle au sein des entreprises multinationales/multiculturelles et a pour but de faire le point sur les avancées de la recherche en ce domaine, en appelant au dialogue interdisciplinaire et à l'échange entre chercheurs, praticiens de la formation et acteurs de l'entreprise. Ces journées se dérouleront du 28 au 30 mars à l'ESSEC Paris.

Consulter le programme.

France - Chine : les échanges culturels et linguistiques, nouvel enjeu des relations internationales
Ce colloque international qui aura lieu les 29, 30 et 31 mars à l'université de La Rochelle aura pour thèmes la diplomatie culturelle, les échanges culturels, les acteurs et les médiateurs des relations culturelles et linguistiques et la coopération universitaire et linguistique.

Pour plus de détails, visiter le site du réseau Asie et Pacifique.

Les certifications linguistiques en contexte universitaire
La deuxième Rencontre internationale du Forum Mondial des centres universitaires de langues HERACLES se tiendra au Mexique du 23 au 25 mai. Elle permettra de réfléchir sur les aptitudes que les diplômes en langues mesurent et certifient et sur leur capacité à traduire le réel en matière de compétences et de performances linguistiques et culturelles. L'adéquation des processus d'évaluation aux dispositifs institutionnels mis en place, et aux référentiels didactiques actuellement en vigueur sera questionnée.

Plus d'informations sur le site du Forum Heracles.

L'enseignement des langues de spécialité en Europe
Le 34e congrès de l'Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie (APLIUT) tentera de répondre aux questions suivantes : comment les langues de spécialité s'insèrent-elles dans le cadre du CECRL au plan européen et dans les différents pays de l'Union ? Quels moyens didactiques, pédagogiques et technologiques sont mis à disposition des enseignants pour mener à bien leur mission ? Les réponses à Strasbourg du 31 mai au 2 juin.

Consulter l'appel à communications.

Validité des tests de langue et de l'évaluation
La 9e conférence de EALTA se déroulera à l'université d'Innsbruck, Autriche du 31 mai au 3 juin. Au programme : deux conférences plénières portant respectivement sur les valeurs dans l'évaluation linguistique, la validité de l'évaluation en classe et les compétences en lecture à l'âge de l'information (processus cognitifs et implications pour l'évaluation) précédées de trois ateliers.

Tous les détails sur la conférence de EALTA en ligne.

Premier Forum mondial de la langue française
Organisé du 2 juillet au 6 juillet à Québec, ce forum portera sur la place de la langue française dans la mondialisation économique, dans les media et la culture, dans l'univers numérique et dans la cohabitation avec d'autres langues.

Toutes les informations sur le site du forum.

Le monde en marche : l'enseignement du français, entre mondialisation et contextualisation
Le XIIIe Congrès mondial de la Fédération international des professeurs de français (FIPF) aura lieu à Durban, en Afrique du Sud, du 23 au 27 juillet. Un appel à communication est lancé jusqu'au 31 mai 2011.

Pour en savoir plus, visiter le site de la FIPF.

 
   

Contact : Katia Grau, chargée de programmes et animatrice du site www.labelqualitefle.org, grau@ciep.fr