L'enseignement supérieur, une compétition mondiale ?

modi per allungare il pene n° 45, septembre 2007

http://agrandirsonpenistest.fr/comment-faire-pour-agrandir-le-pinis.html comment faire pour agrandir le pinis

Actualité internationale

quali sono gli esercizi per allungare il pene

  • volum buste forum Actualité documentaire
    Centre de ressources documentaires du CIEP

http://megabrust.de/hormone-brustwachstum-anregen.html hormone brustwachstum anregen

http://agrandissementpenisxl.fr/comment-un-grand-pnis.html comment un grand pénis

Dossier

http://www.cliniquebrallet.fr/chirurgie-esthetique-mammaire.html chirurgie esthetique mammaire

http://ingrandimento-seno.it/alimentazione-per-far-crescere-il-seno.html alimentazione per far crescere il seno

Transformations universitaires : un modèle international ?
Bernard Dizambourg

L'enseignement supérieur en Inde
Ved Prakash : Vice-président, National University of Educational Planning and Administration, New Delhi, Inde.
Le système universitaire indien doit répondre à des besoins en partie contradictoires entre une économie de la connaissance émergente et des attentes sociales en évolution. Après l'indépendance, l'enseignement supérieur est passé d'un système pour les élites à un système pour le plus grand nombre, et a mis l'accent sur les notions de justice, d'équité et d'efficience. Lors du tournant important de sa politique économique au début des années quatre-vingt-dix, l'Inde a ouvert son économie et développé des stratégies pour devenir une économie de la connaissance et attirer les sociétés étrangères. Mais le développement de l'enseignement supérieur est resté l'affaire des forces du marché et a subi l'influence des politiques néo-libérales, l'État concentrant ses efforts sur le niveau élémentaire de l'enseignement. Aujourd'hui, les institutions privées et étrangères représentent 80 % des établissements et des inscriptions, ce qui entraîne des inégalités importantes selon les groupes, les sexes et les régions du pays.

Entre tradition et modernité
L'avenir de l'enseignement supérieur au Mexique
Salvador Malo : Institut mexicain pour la compétitivité, Mexico, Mexique.
L'enseignement supérieur du Mexique s'est développé rapidement ; il est aujourd'hui étendu et diversifié. Cependant, seul un quart des jeunes de la tranche d'âge concernée poursuit des études supérieures. À cause du caractère récent de cette croissance, la diversification institutionnelle ne permet pas encore de répondre de manière différenciée aux différents groupes de la population. Les formes d'enseignement traditionnelles et la recherche universitaire restent le paradigme dominant. Bien que les forces du marché et que l'internationalisation soient à l'oeuvre, les universités traditionnelles restent réticentes à les prendre en compte de manière effective.

Un équilibre instable entre le quantitatif et le qualitatif
L'enseignement supérieur en Tunisie

Riadh Zghal : Professeur émérite, Université de Sfax.
L'enseignement supérieur tunisien est dominé par le secteur public. Il s'est développé énormément au plan des effectifs et des institutions. Aujourd'hui, la stratégie adoptée vise une convergence du système avec les normes internationales. L'université est désormais considérée comme un moteur pour le développement d'une économie fondée sur le savoir. Mais les effets d'une stratégie orientée par le souci du nombre mettent l'enseignement supérieur devant un défi majeur qui est celui d'assurer la qualité de la formation et la compétitivité des diplômés sur un marché de l'emploi national et international.

Une exigence de transformations rapides
L'université hongroise entre massification et ouverture européenne

Ildikó Hrubos : Professeur de sociologie, Université Corvinus de Budapest, Hongrie.
L'enseignement supérieur hongrois n'a commencé à combler son retard avec ses homologues européens qu'en 1990. Il s'ensuit que des processus tels que l'augmentation du nombre d'étudiants, le passage à un système de tutelle indirecte de l'État, la restructuration du réseau institutionnel, la restauration de l'intégrité de l'enseignement et des sciences, qui étaient déjà en place en Europe, ne sont apparus en Hongrie que tardivement. La mise en place de la réforme dite du Processus de Bologne a coïncidé avec des efforts fondamentaux liés à la modernisation, si bien que le processus de différenciation institutionnelle s'est déroulé de façon plus complexe. Les différenciations portent tout à la fois sur les sources de financement, le nombre et l'origine des étudiants, et l'insertion dans le tissu régional. L'homogénéisation des niveaux de formation induite par la réforme de Bologne a incité les universités les plus importantes à se différencier par l'obtention d'un statut d'université de recherche.

La diversification du paysage universitaire
Les évolutions récentes en Allemagne

Ulrich Teichler : Professeur, Internationales Zentrum für Hochschulforschung, Université de Cassel, Allemagne.
L'enseignement supérieur allemand comporte deux types d'établissements : les Fachhochschulen qui, traditionnellement, proposaient des études courtes, à orientation pratique visant une insertion professionnelle rapide et les universités aux études longues plus théoriques menant au prestigieux titre de Docteur. La période de la réunification n'a pas été porteuse de réformes, l'objectif étant d'étendre à l'Est le système en vigueur à l'Ouest. Les publications de l'OCDE, plaçant le système universitaire allemand en mauvaise position par rapport à des pays comparables, ont fait évoluer radicalement les points de vue. Une révision de la loi-cadre a introduit un système de cursus et de diplômes par niveaux et non par type d'établissement et on assiste à une réduction progressive des différences entre Fachhochschulen et universités. Parallèlement, " l'initiative pour l'excellence ", lancée en 2005, vise à doter un nombre restreint d'universités de financements privilégiés afin de renforcer des secteurs de recherche de pointe et classer ainsi quelques universités parmi les meilleures mondiales.

Le débat universitaire en France De la montée des tensions à la reconfiguration du paysage universitaire
Patricia Pol : Vice-Présidente au développement et aux relations internationales, Université Paris 12 Val de Marne, France.
Face aux changements importants qu'a connus le système d'enseignement supérieur français depuis ces vingt dernières années, cet article se propose d'analyser l'origine et nature des tensions de plus en plus fortes qui pèsent sur les universités et les universitaires au regard de la dualité de leur fonction d'enseignement et de recherche. Comment dès lors percevoir la reconfiguration en cours du système d'enseignement supérieur et positionner les universités dans ce paysage fortement marqué par des logiques historiques de division et un contexte international de compétition ?

Le Processus de Bologne : quels enjeux européens ?
Un entretien avec Christine Musselin : Directeur de recherche, Centre de sociologie des organisations (CSO), laboratoire de Sciences-Po associé au Centre national de la recherche scientifique (CNRS), France.
et Eric Froment : Professeur, vice-président de l'Université Lumière-Lyon2, France.
Sept ans après le lancement du Processus de Bologne, les auteurs engagent une réflexion croisée sur l'évolution des enjeux de la création d'un espace européen d'enseignement supérieur. Les deux outils principaux du Processus - harmonisation des structures et mise en place de processus d'assurance qualité - entraînent une transformation de la conception des curricula: on raisonne désormais aussi bien en termes de compétences attendues des étudiants à la fin des études que de transmission de savoirs par les enseignants. Si le succès du Processus semble acquis, de nouveaux enjeux apparaissent et notamment l'émergence de la question de la recherche, dans le contexte d'une compétition mondiale renforcée. À cet égard, la Stratégie de Lisbonne définie par l'Union européenne ne doit pas être confondue avec le Processus de Bologne. La question du pilotage de ce processus européen se pose désormais. Quelles sont les conséquences de ces transformations sur la structuration des systèmes d'enseignement supérieur en Europe? Deux options semblent émerger: dans l'une, quelques établissements d'excellence sont privilégiés ; dans l'autre, on parie sur la spécialisation des établissements sur quelques domaines d'excellence. Au niveau de l'Union européenne, le choix de l'une ou l'autre n'a pas encore été fait. Des orientations se dessinent en revanche au niveau national. En l'absence d'une vision coordonnée et cohérente de la question du pilotage, le Processus de Bologne semble le seul élément sur lequel se dégage une vision globalement commune.

La démarche qualité en Australie
Un prisme des transformations universitaires

Martin Carroll : Directeur consultant, Oman Accreditation Council; auditeur pour l'Agence pour la qualité des universités australiennes (AUQA).
Josephine Palermo : Maître de conférences, Deakin University, Australie.
Les trente-neuf universités australiennes sont soumises à des audits de qualité externes par l'Agence pour la qualité des universités australiennes (Australian Universities Quality Agency). Les conclusions de l'audit donnent des informations sur chacune des universités ; elles permettent aussi une lecture comparative de l'évolution des universités, en particulier dans les relations entre l'enseignement et la recherche. Les conclusions de l'audit sont étudiées dans le contexte d'une analyse critique du Research Quality Framework, le cadre réglementaire en évolution dans lequel les universités opèrent.

Un modèle américain ? Les universités au coeur de la société
Romain Huret : Maître de conférences à l'Université Lyon II et membre du Centre d'études nord-américaines (EHESS/CNRS), France.
La réussite économique américaine trouve son origine dans une collaboration ancienne entre les universités, les entreprises et les fondations philanthropiques. Cette collaboration a entraîné une fluidité de la connaissance et permis la mobilisation des ressources financières nécessaires au financement de la recherche. Toutes les universités, privées ou publiques, ont recours à ce mode de financement sous la forme de dons ou de contrats de recherche. L'université américaine n'offre pas simplement une formation scientifique; elle a pour objectif de préparer les citoyens aux enjeux du monde moderne. Après une période de formation généraliste, les étudiants se spécialisent dans le domaine de leur choix et bénéficient souvent de conditions de travail optimales. Pour attirer les meilleurs talents, un brain drain national et international fonctionne depuis de nombreuses années. Cette logique commerciale s'étend au recrutement des professeurs. Cette commercialisation de l'économie du savoir a cependant un revers : si l'université américaine attire les meilleurs talents, quelle que soit leur origine sociale, grâce à un important système de bourses, elle n'efface pas les inégalités sociales et joue de moins en moins son rôle d'ascenseur social.

Des universités autonomes
La réponse japonaise aux défis de l'enseignement supérieur

Jun Oba : Maître de conférences, Institut de recherches pour l'enseignement supérieur (RIHE), Université d'Hiroshima, Japon.
Depuis le milieu des années 1980, l'État a procédé à de nombreuses réformes universitaires. Ces réformes, qui allaient dans le sens de l'élargissement de l'autonomie institutionnelle, ont eu des impacts significatifs sur l'ensemble du système d'enseignement supérieur, si bien qu'elles ont modifié le régime et les comportements des enseignants, les modes de gestion de l'université, et les modalités d'allocation du financement et que divers systèmes d'évaluation ont été développés. Toutefois, les défis de la modernisation du système d'enseignement supérieur sont multiples, dans un environnement moins stable et plus compétitif entre les établissements, où le financement public décroît et les cohortes jeunes sont en diminution.

Références bibliographiques [pdf - 342 Ko]
Sophie Condat Centre de ressources documentaires du CIEP

Abstracts

Resumenes