Défendre une citoyenneté active dans les écoles européennes

enjeu-citoyennete.jpg

Depuis plus de dix ans, le CIEP coordonne et participe à des projets européens dans le domaine de l’éducation et de la formation. Il contribue ainsi à la réflexion sur les politiques éducatives et les pratiques pédagogiques par le développement de projets innovants et l’échange de bonnes pratiques entre acteurs européens, ainsi qu’à l’accompagnement de l’ouverture internationale du système éducatif français. À titre d’exemple, il coordonne le projet SPIRAL, qui vise à introduire une dimension européenne dans la formation des enseignants du premier degré en intégrant à leur cursus une mobilité à l’étranger. Le projet CROSSCUT a lui pour but de contribuer à l’amélioration de la formation des enseignants dans la mise en œuvre d’approches pédagogiques innovantes basées sur l’interdisciplinarité.

Les 27 et 28 mars, à la tête d’un consortium européen regroupant les ministères de l’éducation de quatre pays (l’Angleterre, l’Espagne, la Grèce et la France) ainsi que des instituts de recherche [1], le CIEP a lancé le projet ACT (ACTive  citizenship projects to enhance pupils’ social and civic competences) qui s’inscrit dans le cadre d’un appel Erasmus + spécifique aux objectifs de la Déclaration de Paris.

Réunis à Paris le 17 mars 2015, les ministres en charge de l’éducation de l’Union Européenne ont réaffirmé la nécessité de coopérer, de se coordonner et d’échanger les expériences afin de « s’assurer que les enfants et les jeunes acquièrent des compétences sociales, civiques et interculturelles grâce à la promotion des valeurs démocratiques et des droits fondamentaux, de l’inclusion sociale, de la non-discrimination et de la citoyenneté active [2] ».

Dans ce contexte, le projet ACT vise à améliorer l'éducation à la citoyenneté dans les écoles secondaires en Europe, en expérimentant la mise en œuvre de méthodes éducatives et de mécanismes d’évaluation innovants basés sur l'implication active des élèves dans des « projets citoyens » concrets. Les élèves du second degré seront ainsi appelés à définir et à mettre en œuvre des projets à caractère citoyen dans leurs établissements. Cette participation active devrait leur permettre d’acquérir des connaissances et de développer des capacités et des attitudes allant au-delà de ce qu’ils abordent habituellement pendant les heures dédiées à l’éducation à la citoyenneté.

La réunion de lancement a permis d’affiner les rôles de chacun des partenaires dans le projet et de définir une méthodologie et un calendrier de travail pour les trois années à venir.

>>En savoir plus sur le projet ACT >>

 

[1] Ecole d’économie de Paris (France) ; London School of Economics and Political Science (Royaume- Uni) ; Fundación Europea Sociedad y Educación (Espagne) ; Université de Cergy-Pontoise (France) ;  National and Kapodistrian University of Athens (Grèce) ; Institute of Educational Policy (Grèce).

[2] Déclaration sur la promotion de l’éducation à la citoyenneté et aux valeurs communes de liberté, de tolérance et de non-discrimination, Paris, 17 mars 2015.