Témoignages des assistants aux Etats-Unis

SofiaBonjour,

Mon année d’assistanat aux Etats-Unis en 2016/2017 : tout simplement une des plus belles années de ma vie, tant sur le plan humain que professionnel. J’ai choisi les Etats-Unis comme destination pour deux raisons: la grandeur et la diversité de ce pays fascinant et l’avantage de découvrir le pays en immersion grâce à un séjour en famille d’accueil. Je dois dire que le fait d’être nourri et logé chez l’habitant est particulièrement rassurant. J’attendais de vivre cette expérience depuis le lycée, et je n’ai pas été déçue. J’ai vécu un rêve éveillé de dix mois! Mais je dois avouer que j’ai été particulièrement chanceuse. Du début de mon séjour jusqu’à sa fin j’ai toujours été très bien entourée, que ce soit par l’école d’immersion française Charlemagne (Eugene, Oregon) et son équipe pédagogique, mes tuteurs et mes élèves, les parents d’élèves, ma famille d’accueil ou les quatre autres assistantes de français de la ville (trois dans mon école et une en collège). J’ai réussi à profiter pleinement de ce rêve américain en organisant pendant mon temps libre des sorties culturelles dans ma ville d’adoption et des voyages dans le magnifique état qu’est l’Oregon et dans les grandes villes de la côte ouest. Même si je n’ai pas attrapé l’accent américain, nombre de coutumes, habitudes et autres loisirs typiquement américain n’ont plus de secrets pour moi! Cette année de stage m’a aussi été extrêmement bénéfique: cela devrait être un passage obligé pour tous les futurs enseignants. Le système éducatif américain (et anglo-saxon) est très différent du système éducatif français et j’ai découvert de nouvelles pratiques pédagogiques que j’ai par la suite pu appliquer dans mes propres salles de classe françaises.

Si vous aimez travailler avec des enfants/adolescents et que vous souhaitez partir à l’aventure dans ce pays-continent qu’est les USA, voici mes conseils pour passer une belle année :

  • Soyez flexibles et ouverts d’esprit. On a beau croire bien connaitre la culture américaine après avoir regardé tant de séries TV made in USA, de nombreux chocs culturels vous attendent! Premier exemple: être très franc et direct peut être mal vu. Soyez délicats et diplomates! Vous allez en outre devoir travailler en coopération avec tout le staff de l’école, votre professeur référent et les parents d’élèves, dont la présence et l’implication n’a rien à voir avec ce que l’on connait en France. Bien communiquer est d’autant plus important si vous êtes la(e) seul(e) français(e) de votre établissement.
  • Soyez curieux et profitez de toutes les occasions possibles pour découvrir la culture américaine et ses spécificités locales. Que ce soit clair, ne choisissez pas cette destination si vous n’êtes pas un tant soit peu attirés par ce pays, sa culture et son mode de vie. Avec un stipend de 400 dollars ou moins alors que les assistants américains sont payés jusqu’à 7 fois plus, vous êtes quasiment bénévoles à temps complet. Votre argent de poche sera donc vite dépensé. Renseignez vous sur les évènements culturels grâce aux journaux de la ville, allez voir un campus universitaire, demandez à être bénévoles lors d’un bal de fin d’année en lycée, allez voir un match de base-ball même si vous n’êtes pas fan de sport etc. Les dix mois passent vite et les saisons sont rythmées de célébrations et d’évènements! Un de mes regrets: ne pas avoir filmé et pris plus de photos à Halloween !
  • Soyez indépendants. Ce n’est pas parce que votre famille d’accueil accepte de vous loger qu’elle aura forcément beaucoup de temps à vous consacrer. Soyez prêts à sortir seuls et si vous n’avez pas le permis ou que votre famille ne vous prête pas leur voiture, à faire du vélo ou à acheter un pass pour les transports en commun (s’il y en a!). Il faut donc avoir de l’argent de côté: rien que les forfaits téléphoniques sont hors de prix aux US. Si vous prévoyez des voyages, réservez vos billets d’avion suffisamment en avance: les prix montent très vite pour les périodes de vacances scolaires.
  • Ne vous renfermez pas sur vous-même. Vivre en famille d’accueil est parfois gênant: on peut se sentir redevables, infantilisés etc. N’hésitez pas à faire part de vos angoisses ou doutes à vos familles! Celles-ci sont souvent très généreuses et chaleureuses mais il est bien de discuter au début du séjour des tâches que l’on peut ou veut accomplir dans la maisons pour participer à la vie de famille. Vous n’êtes pas pour autant une/un au pair! Best wishes, Hélène Chaland, assistante de français aux USA en 2016/2017.

Best wishes,

Hélène Chaland, assistante de français aux USA en 2016/2017.


 

temoignage-assistant-usa.png

Mandy, assistante de français dans l’état de New York, États-Unis

Cette année aux États-Unis a simplement été la plus belle année de toute ma vie.

J’étais assistante de français à Hobart and William Smith Colleges. J'enseignais deux niveaux de français aux grands débutants. J'avais beaucoup de temps libre et j'ai donc pu assister aux discours de personnalités américaines tous les soirs sur le campus, aux galas, aux activités et aux repas organisés par les différentes associations. Sans compter le fait de revenir bilingue, j’ai acquis une ouverture d’esprit qui n’est possible que par le voyage.

Aujourd'hui quand j'envoie mon CV pour être professeur d'anglais je suis automatiquement prise. J'enseigne actuellement aux BTS Banque du centre de formation Akor.

 

 

 

 

 

 

 


Margaux, assistante de français à Troy, États-Unis

temoignage-assistant-usa-margaux.png

J’ai eu la chance de partir aux États-Unis dans le cadre du programme CIEP en 2012/2013. J’ai été envoyée à Russell Sage College, une université américaine qui va jusqu’au niveau équivalent à la licence, dans la ville de Troy, dans l’état de New York (à noter que l’état de New York est très grand. La ville où je me trouvais était à 200 km de New York City).

J’ai souhaité faire le programme CIEP car je souhaitais devenir professeur d’anglais, ainsi partir en tant qu’assistante de français aux États-Unis combinait plusieurs aspects qui me semblaient essentiels pour ma formation : avoir une première expérience dans l’enseignement et améliorer mon anglais et découvrir la culture américaine. Ces trois choses me semblent en effet essentielles pour se lancer dans une carrière d’enseignant.

J’animais des cours de conversation en français du niveau débutant jusqu’au niveau avancé. Le matériel des cours m’était fourni par le professeur que j’assistais, qui elle-même donnait un cours de français en ligne pour Russell Sage College. Sur les deux semestres que j’ai effectués dans cet établissement j’ai eu six élèves au total. Ce format me convenait parfaitement, car cela me permettait d’appréhender une classe dans un contexte assez calme étant donné le peu d’élèves que j’avais. De plus j’ai eu de très bon retour de mes élèves qui ont apprécié d’avoir des cours de conversation en petit groupe, cela leur permettait de développer d’avantage leur capacité en français.

Les conditions de cet échange étaient pour moi parfaites. En échange des cours que je donnais, l’université me payait le logement, la carte de cantine et la sécurité sociale. J’étais aussi payée $550 par mois.

Cette année fut très enrichissante. J’ai non seulement largement développé les objectifs que je m’étais fixés en arrivant, mais j’ai rencontré des gens qui sont aujourd’hui très chèrs à mon cœur. L’équipe pédagogique a été très accueillante. J’étais la seule étrangère sur le campus, ce qui m’a permis d’être totalement immergée dans la culture et la langue américaine. Étant logée sur le campus j’ai pu voir les deux aspects de la vie sur un campus américain, soit le côté professionnel au contact des professeurs et lorsque je donnais mes cours. Mais aussi le côté étudiant étant donné que j’étais beaucoup en contact avec les étudiants sur le campus. J’ai également pu faire partie de la vie du campus en m’investissant dans des projets, tels que faire partie d’une des pièces représentée par l’université, nous sommes d’ailleurs partis en tournée sur la côte Est avec cette pièce.

Aujourd’hui je ne souhaite plus être professeur, mais cette expérience que j’ai eue à l’étranger est capitale pour un employeur, beaucoup d’employeurs demandent que leurs stagiaires ou salariés aient eu une expérience à l’étranger. De plus je suis désormais parfaitement bilingue (français-anglais), ce qui est très recherché dans le monde du travail actuel.


Julia, assistante de français dans l’état d’Ohio, États-Unis

À l’époque étudiante en M1 LEA, je ne connaissais pas le programme d’assistanat du CIEP. C’est au détour d’un couloir de la fac que j’ai découvert cette affiche rose indiquant qu’ils cherchaient des assistants de français à l’étranger. N’étant pas sûre de mon projet professionnel, j’ai voulu tenter l’expérience pour confirmer, ou non, mon envie d’enseigner. Voilà comment je me suis retrouvée six mois plus tard aux États-Unis.

J’ai donc passé 10 mois dans une université libérale d’arts et de musique, dans l’état d’Ohio, près de Cleveland.

Mon travail se divisait en 3 tâches principales :

  • préparer et donner 3 cours/semaine (ce qui me laissait beaucoup de temps pour préparer mes cours) à des étudiants débutants et avancés : mise à part le programme à suivre, j’étais libre de choisir les méthodes que je voulais pour leur enseigner les notions en question. En 55 minutes, je passais donc d’un speed dating à un sous-titrage de série.
  • manger quotidiennement à la « table française » du RU de l’université. Les étudiants venaient manger avec nous pour pratiquer leur français (ils devaient venir au moins une fois par semaine) et papoter autour d’un gros burger.
  • vivre et organiser des évènements dans la « French House ». 30 étudiants de l’université y résidaient (dont moi et l’autre assistante de français). Nous étions en charge d’organiser des évènements pendant la semaine et le weekend (soirées films, petits déjeuners français, compétition de pétanque, cours de cuisine française...).
temoignage-assistant-usa-julia.png

La cerise sur le gâteau : l’osmose entre tous les assistants de langues était parfaite. Nos emplois du temps et nos salaires nous ont permis de voyager et découvrir en autre les parcs nationaux de l’Utah et de passer Thanksgiving à Chicago.

Les assistants de langue affectés en université aux États-Unis doivent également suivre deux cours par semestre dont un sur la civilisation américaine. J’ai donc pu suivre un cours sur l’histoire des États-Unis à travers les concours de beauté ou encore un cours sur l’apprentissage d’une langue à un public étranger. Ce double statut de professeur et d’élève m’a permis de rencontrer plein de personnes différentes et de découvrir la vie de campus.

Tout résumer est impossible, je n’aurais donc qu’un conseil à vous donner, partez et profitez de cette expérience IN-CRO-YA-BLE. En plus d’avoir passé une année formidable, j’ai pu confirmer mon projet professionnel et poursuivre vers des études d’enseignement.